Le tiraillement des comités élu et parallèle à la base des maux qui rongent le FC Renaissance du Congo

Le tiraillement entre les membres du comité de direction élu et ceux du comité parallèle est à la base des maux qui rongent le FC Renaissance du Congo, a confié mardi à l’ACP,  le président de la grande commission des supporteurs, l’un des co-fondateurs de cette équipe, Bruno Siamina Kiese.

« La vérité est que, depuis sa création, le FC Renaissance du Congo a été toujours dirigé par l’évêque Pascal Mukuna et ses proches, en l’occurrence son propre enfant, Trésor Mukuna, le président du FC Renaissance du Congo juniors, Jean-Marie Tshimungu, et le trésorier Christian Nsuka », a-t-il affirmé.L’installation du comité élu est une simple formalité pour marquer l’existence de l’équipe alors qu’au quotidien, c’est le comité parallèle qui la gère réellement, a-t-il encore dit avant d’ajouter que cela a pour conséquence d’empêcher les membres du comité de direction d’exercer librement leurs fonctions dans le club dont l’évêque Mukuna reste le seul maître à bord dans la prise de toutes décisions sur le fonctionnement du club. Voilà la raison valable à la base des déboires que connaît, en ce moment, le FC Renaissance du Congo, a-t-il soutenu.

La grande commission organe fondateur du FC Renaissance du Congo

 Quoiqu’on en dise, le vrai fondateur du FC Renaissance du Congo est la grande commission des supporteurs que constituent les présidents de diverses sections des supporteurs, qui ont pour mission d’encadrer ces derniers.

C’est ainsi qu’après la relaxation du président de la grande commission du DC Motema Pembe de la prison de Makala par l’évêque Mukuna, est née l’idée de créer le FC Renaissance du Congo. Le bienfaiteur, alors membre donateur, s’est vu intéresser par le projet de monter une nouvelle équipe.  Pascal Mukuna a fait appel à Antoine Musanganya et Roger Nsingi Mbemba Pour rappel, le président de la grande commission des supporteurs était incarcéré à la prison de Makala suite au conflit qui opposait au sein du DC Motema Pembe, cette structure au comité de direction dirigé par Tshimanga Vidiye sous le contrôle du « fondateur », Me Taureau François Ngombe Baseko.

Malheureusement, Lambert Banza, André Tutonda, Herman Bolambela et les autres membres du comité de la rédaction des statuts du FC Renaissance du Congo n’ont jamais fait allusion à cette partie de l’histoire du club. A la place, ils ont écrit : «  Le FC Renaissance du Congo a été créé sous l’impulsion de l’évêque Mukuna, Antoine Musanganya et Roger Nsingi ».

A l’EPFKIN, Mukuna dépensait seul

 Malgré la présence de Musanganya et Nsingi, le FC Renaissance du Congo avait évolué, pendant les deux ans passés au championnat de l’Entente provinciale de football de Kinshasa (EPFKIN), grâce aux dépenses réalisées par le président Mukuna, seul, pour cette formation sportive, sans donc l’apport d’autres co-fondateurs. En réalité, pour asseoir la réputation du club « Orange », il avait utilisé ses moyens financiers personnels. Les autres ne l’ont rejoint dans les dépenses que lorsque l’équipe a atteint le niveau du championnat de la Ligue nationale de football (LINAFOOT).

« J’exhorte l’évêque Mukuna, Musanganya et Nsingi d’habiller leur costume des co-fondateurs et de laisser le comité de direction élu exercer librement ses prérogatives pour la réussite du FC Renaissance du Congo », a conclu Bruno  Siamina Kiese.

ACP /ZNG/Kji/AWA

Attachment

tiraillement

Leave a Comment

(required)

(required)