DÉMISSION DE PAPY KIMOTO ET LE SIGNE DES TEMPS

Lupopo n’a pas arrêté sa tradition. 3 entraîneurs par saison, c’est la logique après les essais palliatives dans les objectifs du club.Papy Kimoto s’en va. Le patron du staff technique des cheminots a quitté le train à la suite d’un enchainement de mauvais résultats. Malgré son contrat d’objectif qui le lie au club jusqu’à la fin de la saison, au lendemain de la défaite face au Dcmp, il a rendu le tablier.

Arrivé en septembre 2019, après le limogeage du franco-algérien Mankour Boualem également dans le même rythme de mauvais résultats en début de saison, Papy Kimoto est venu en renfort, mais hélas, l’ancien entraîneur des fibos n’a pas pu relever l’équipe chère à Pascal Beveragi. Ses résultats ont rendu utopique les ambitions du staff dirigeant, celles participer aux interclubs africains l’année prochaine.

Papy s’en va par une porte dérobée d’une saison désastreuse, sous les critiques des fans.

Kimoto n’aura gagné que deux matches sur terrais et deux autres sur tapis vert. Sous sa direction, les lumpas ont fait 8 matchs nuls et sont tombés 5 fois sur 15 matches. Lui qui, en 2018 avait su à stabiliser et maintenir dans la division d’élite l’équipe de Renaissance qui était en grosse difficulté frôlant la relégation.

 4-1, un score qui met à la porte de sortie.

Le Daring club est désormais inscrit dans l’histoire de Lupopo une équation avec comme formule : battre Lupopo par 4-1, et faire partir les entraîneurs.

Curieusement, le 5 mai 2018, à la suite d’une défaite de 4-1 face à Dcmp, Bruno Blat, ancien coach de Lupopo, avait été remercié. Même score en 2020 face à la même équipe, cette fois-ci, sûrement sous le choc après la défaite, Papy Kimoto abandonne les shikiya bintu.

Qu’en pensez-vous ?

vodacoml1

Attachment

Leave a Comment

(required)

(required)