CAN 2017: Zakuani, Nsakala et Lomalisa indisponibles

Le capitaine stopper Gabriel Zakuani et le latéral gauche Fabrice Nsakala, blessés, ainsi que l’autre latéral gauche Joyce Lomalisa Mutambala, exclu pour cumul de cartons jaunes lors du match RDC-Maroc (1-0) de la 1ère journée du groupe C, lundi à Oyem, seront indisponibles pour la rencontre contre les Eléphants de la Côte d’Ivoire, comptant pour la 2ème journée de la 31ème Coupe d’Afrique des nations de football, vendredi 20 janvier au stade d’Oyem.

Touché au cours du choc contre les Lions de l’Atlas marocains, le capitaine Zakuani avait été obligé de compléter le nombre en restant sur le terrain pour ne pas trop handicaper son équipe après l’exclusion de Lomalisa (81ème), aggravant même son cas.

« Les trois éléments vont manquer dans notre dispositif mais nous sommes tenus à être là pour la deuxième journée contre les Ivoiriens », a déclaré le sélectionneur principal Jean Florent Ibenge Ikwange, à l’issue de la séance d’entraînement de mardi au terrain d’Akouakam où avait été constatée l’absence de deux premiers éléments cités.

Joyce Lomalisa comme Dieumerci Mbokani, entré en jeu en deuxième mi-temps, avaient été dans le groupe de joueurs qui n’avaient pas été alignés ou ayant livré un bout du match face aux Marocains. Ceux-ci avaient été soumis à des exercices d’endurance et des courses avec ballon. L’autre, composé des joueurs utilisés lors de la 1ère journée, avait été ménagé en effectuant quelques légères foulées autour du terrain avant de s’adonner à des étirements.

Par ailleurs, cette séance ouverte au public a été rehaussée de la présence du ministre des Sports, Willy Bakonga Wilma, de l’ambassadeur de la RDC au Gabon, François Luambo Siongo, du chef de la délégation Jean-Paul Dambana et de l’adjoint Jean-Pierre Kabeya Mukolo Pembe.

– KABANANGA ET LES SUPPORTEURS : Interrogé par la presse au terme de la séance d’entraînement de mardi pour une certaine hostilité qu’affichent à son endroit les supporteurs congolais, le gaucher Junior Kabananga Kalonji, auteur de l’unique but du match RDC-Maroc (1-0), a déclaré ne « pas trop s’en faire en se concentrant sur le travail qu’il est obligé d’accomplir sur le terrain.

Tant que l’entraîneur Ibenge me fera confiance, j’essaierai de me battre au mieux et s’il estime m’aligner d’entrée, vendredi, face aux Ivoiriens, je prendrai ma chance pour le satisfaire et satisfaire nos supporteurs.

OLIVIER SAFARI ASSISTANT II DU GHANA-OUGANDA : L’officiel de la RDC a été aligné comme deuxième arbitre de ligne, le mardi 17 janvier au stade de Port-Gentil, lors du face-à-face entre les Black Stars du Ghana et les Cranes d’Ouganda, en premier match du groupe D et avant-dernier de la 1ère journée de la phase de groupes. La partie s’est soldée par la victoire des Ghanéens par 1-0. Olivier Safari a tiré son épingle du jeu par des interventions bien à-propos.

– L’HOTEL MVET PALACE, CENTRE DE VIE DES SUPPORTEURS : Situé non loin du rond-point de l’Hôtel de ville d’Oyem et à près de 400m de l’hôtel Marguerite où se trouve l’équipe des Léopards, le bâtiment à deux ailes, avec quatre voire cinq étages chacune, est le lieu où se retrouvent les sportifs de la RDC pour vivre l’ambiance familiale avec les leurs.

L’ambassadeur de la RDC au Gabon, François Luambo Siongo, le ministre des Sports, Willy Bakonga Wilma, et les membres de son cabinet ainsi que d’autres officiels y sont logés ensemble avec les 100 supporteurs partis en vol affrété le samedi 14 janvier de Kinshasa.

– OYEM, UNE BOURGADE COMPARABLE A GOMA : Il est le chef-lieu de Woleu-Ntem, l’une des neuf provinces du Gabon qui rassemble avec les villes de Bitam, Minvoul, Mitzic et Médouneu, la grande majorité de 125.400 habitants de la contrée (estimation 2002).

La forêt occupe l’essentiel du territoire de cette région. Oyem et ses environs (60.000 habitants après l’extension de la commune jusqu’à l’aéroport d’Ewormekok et Angone) forment la troisième ville du Gabon après Libreville et Port-Gentil, en terme démographique. Les relations sont assez importantes avec la Guinée Equatoriale et le sud du Cameroun, en raison de l’appartenance commune de l’ethnie fang, de part et d’autre de la frontière.

Oyem est situé à 34 km de Mongomo et 91 km d’Ebebeyin, deux villes équato-guinéennes, et 340 km de Yaoundé, la capitale du Cameroun.

– STADE D’OYEM A 17 KM DE LA VILLE D’OYEM : Le beau bijou sportif est sorti des terres en pleine forêt équatoriale, plus précisément au village Sougzap-Ville, distant de 75 km de Bitam, deuxième ville de la province de Woleu-Ntem, fief de l’équipe de l’Union Sportive Bitam, que l’on voit assez souvent aux Coupes interclubs de la CAF (Confédération africaine de football).

Oyem abrite Oyem FC, formation assez modeste du championnat de Ligue I gabonaise.

ACP/Zng/May

Attachment

CAN 2017: Zakuani, Nsakala et Lomalisa indisponibles

Nos partenaires